Pharmacie Uniprix - Logo
  0
Votre liste d'achat

Total $0 Tx. Excl.

Connexion
  Créer un compte Mot de passe oublié ?

Lexique des médicaments

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le fentanyl appartient au groupe des médicaments appelés opioïdes. Il s'utilise pour la prise en charge des accès douloureux transitoires dans le cas de patients cancéreux âgés de 18 ans ou plus qui reçoivent déjà un traitement continu par un opioïde (par ex. la morphine, l'hydromorphone, les timbres de fentanyl, l'oxycodone) pour soulager la douleur cancéreuse persistante. Un accès douloureux transitoire est une percée de douleur qui se produit malgré la prise régulière d'un opioïde pour contrer la douleur persistante due au cancer.

Ce médicament ne devrait pas être employé pour soulager d'autres types de douleur parce qu'un problème respiratoire potentiellement mortel peut survenir si la personne ne prend pas déjà un opioïde de longue durée pour soulager la douleur cancéreuse. Ce médicament agit sur le cerveau pour accroître la tolérance à la douleur; en règle générale, il commence à exercer son effet en 10 à 30 minutes.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Ce médicament devrait être prescrit uniquement par les médecins qui sont bien informés quant à l'utilisation des opioïdes (par ex. la morphine, l'hydromorphone, l'oxycodone) pour soulager la douleur causée par le cancer. Avant que vous commenciez à prendre ce médicament, la maîtrise de votre douleur par un médicament opioïde doit être stabilisée.

Ne prenez pas une plus grande quantité de ce médicament que celle prescrite par votre médecin. Le fait de dépasser la dose pourrait avoir des répercussions graves, voire mettre votre vie en danger. Si la douleur ne diminue pas 30 minutes après la prise d'une dose de ce médicament, n'en prenez pas une autre dose. Votre médecin vous prescrira un autre médicament contre la douleur si une telle situation se produit.

Attendez au moins 4 heures avant de prendre une autre dose de ce médicament et n'en prenez pas plus de 4 doses par jour. Si vous avez plus de 4 épisodes de percée de douleur par jour, parlez-en à votre médecin; il se peut qu'une modification de la dose de votre médicament opioïde à durée d'action prolongée soit nécessaire. En cas de changement de la dose de votre opioïde à longue durée d'action, le médecin réévaluera également la dose de fentanyl.

Chaque comprimé de fentanyl est scellé individuellement dans une plaquette alvéolée protège-enfant. Ouvrez l'alvéole seulement au moment de prendre le comprimé, pas avant. Si votre bouche est sèche, prenez une gorgée d'eau avant de prendre le médicament; assurez-vous toutefois d'avoir les mains sèches avant de toucher le comprimé. Pour ouvrir l'emballage, détachez l'une des alvéoles de la plaquette en suivant les lignes pointillées (perforations). Retirez la feuille métallique à partir de l'endroit non scellé et retirez délicatement le comprimé. N'essayez pas d'exercer une pression sur le comprimé pour qu'il traverse la feuille métallique, car cela l'endommagera.

Placez immédiatement le comprimé sous votre langue sur le plancher de votre bouche ou au-dessus d'une molaire postérieure entre la joue supérieure et la gencive. 15 à 25 minutes sont habituellement nécessaires pour la dissolution du comprimé. Ne buvez et ne mangez rien avant que le comprimé soit dissous et que vous ne le sentiez plus. Après 30 minutes, s'il reste du fentanyl dans votre bouche, vous pouvez avaler un verre d'eau pour vous aider à ingérer la totalité du médicament. Vous ne devez pas briser, couper, écraser, mâcher, sucer ni avaler le comprimé, car il ne sera pas efficace.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin.

Conservez ce médicament à la température ambiante dans son emballage d'origine et protégez-le contre l'humidité. Gardez ce médicament en lieu sûr, hors de la portée des enfants et des animaux domestiques; cette mesure aidera aussi à en prévenir le vol. L'utilisation accidentelle par un enfant ou un animal domestique peut entraîner la mort; en pareil cas, obtenez une aide médicale d'urgence immédiate pour l'enfant ou l'animal. Ne prenez pas ce médicament devant des enfants.

Lorsque la prise de ce médicament n'est plus nécessaire, rapportez-le à la pharmacie où il sera détruit comme il se doit.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

100 µg
Chaque comprimé sublingual, blanc, rond, plat aux bords biseautés, avec un symbole tracée en creux sur une face et « 1 » sur l'autre, contient 100 µg de fentanyl. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, stéarate de magnésium, mannitol, bicarbonate de sodium, carbonate de sodium et glycolate d'amidon sodique.

200 µg
Chaque comprimé sublingual, blanc, rond, plat aux bords biseautés, avec un symbole tracée en creux sur une face et « 2 » sur l'autre, contient 200 µg de fentanyl. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, stéarate de magnésium, mannitol, bicarbonate de sodium, carbonate de sodium et glycolate d'amidon sodique.

400 µg
Chaque comprimé sublingual, blanc, rond, plat aux bords biseautés, avec un symbole tracée en creux sur une face et « 4 » sur l'autre, contient 400 µg de fentanyl. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, stéarate de magnésium, mannitol, bicarbonate de sodium, carbonate de sodium et glycolate d'amidon sodique.

600 µg
Chaque comprimé sublingual, blanc, rond, plat aux bords biseautés, avec un symbole tracée en creux sur une face et « 6 » sur l'autre, contient 600 µg de fentanyl. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, stéarate de magnésium, mannitol, bicarbonate de sodium, carbonate de sodium et glycolate d'amidon sodique.

800 µg
Chaque comprimé sublingual, blanc, rond, plat aux bords biseautés, avec un symbole tracée en creux sur une face et « 8 » sur l'autre, contient 800 µg de fentanyl. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, stéarate de magnésium, mannitol, bicarbonate de sodium, carbonate de sodium et glycolate d'amidon sodique.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au fentanyl ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à d'autres médicaments opioïdes apparentés (par ex. la mépéridine);
  • un blocage ou un rétrécissement du système digestif;
  • une dépression grave du système nerveux central (par ex. lors d'une sédation), un traumatisme crânien ou une pression intracrânienne accrue;
  • une dépression respiratoire (respiration lente);
  • une douleur abdominale intense et soudaine qui peut nécessiter une intervention chirurgicale (par ex. l'appendicite, la pancréatite);
  • une douleur ponctuelle (par ex. un mal de tête, une migraine, un mal de dent) ou une douleur en rapport avec une opération chirurgicale;
  • la prise actuelle ou au cours des 14 derniers jours d'un inhibiteur de la monoamine oxydase (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine);
  • un problème respiratoire grave ou une affection pulmonaire grave avec obstruction (par ex. une bronchite chronique, un emphysème, un état de mal asthmatique);
  • des troubles convulsifs;
  • vous ne prenez pas régulièrement un autre médicament opioïde (par ex. la morphine, l'hydromorphone, l'oxycodone) contre la douleur liée au cancer et votre corps n'est pas habitué à un usage régulier de ce type de médicament.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • une constipation;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • de la nausée;
  • des maux de tête;
  • une sécheresse de la bouche;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements de cœur rapides, très forts ou irréguliers;
  • une coordination amoindrie;
  • une difficulté respiratoire;
  • une démangeaison;
  • un essoufflement;
  • une obstruction de l'intestin (par ex. une constipation grave, de la nausée, une douleur abdominale);
  • des signes d'une pression artérielle faible tels qu'une syncope (évanouissement),des étourdissements, particulièrement en position assise ou allongée;
  • des signes d'une prise médicamenteuse excessive :
    • une respiration difficile;
    • une somnolence extrême et un ralentissement de la respiration;
    • une respiration lente et peu profonde;
    • un essoufflement;
    • des étourdissements;
    • de la confusion;
    • une incapacité à penser, à parler ou à marcher normalement;
    • des hallucinations;
    • des convulsions;
  • des symptômes de sevrage (par ex. nausée, vomissements, diarrhée, sensation de froid, peau moite, courbatures, baisse de l'appétit, transpiration);
  • des problèmes de vue.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives;
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une boursouflure du visage, une enflure de la bouche, de la gorge ou de la langue);
  • des symptômes de surdosage (par ex. une respiration difficile, une somnolence extrême et un ralentissement de la respiration, une respiration lente et peu profonde, une sensation d'évanouissement imminent, d'étourdissement ou de confusion; une difficulté à penser, à parler ou à marcher; des convulsions; entendre, voir ou sentir des choses qui ne sont pas réelles [c'est-à-dire avoir des hallucinations]).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections abdominales : le fentanyl, comme les autres médicaments narcotiques, est susceptible de rendre le diagnostic de certaines affections abdominales plus difficile ou d'aggraver ces affections. En cas d'antécédents de problèmes abdominaux, tels qu'un ralentissement du passage des matières le long de l'appareil digestif, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Alcool et autres médicaments pouvant causer une somnolence : ne prenez pas ce médicament avec de l'alcool ou d'autres médicaments causant de la somnolence (par ex. un antidépresseur, un somnifère, un médicament contre l'anxiété) car ils risqueraient de provoquer une augmentation de la somnolence, de la sédation, un coma et éventuellement la mort.

Autres troubles médicaux : si vous avez un trouble pulmonaire, des battements cardiaques anormalement lents (une bradycardie), des calculs biliaires (des « pierres au foie ») ou une pancréatite (une inflammation du pancréas), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Blessures à la tête : les personnes qui ont subi un traumatisme crânien (une blessure à la tête) et celles dont la pression intracrânienne (dans le cerveau) est augmentée ou le niveau de conscience est diminué sont exposées à un plus grand risque d'effets secondaires (problèmes respiratoires) ou d'aggravation de leur état pendant la prise de ce médicament. Votre médecin mettra en balance les risques et les bienfaits de ce médicament et vous surveillera de près en cas d'effet secondaire.

Bon usage : il est important que vous et les personnes qui s'occupent de vous compreniez comment utiliser ce médicament correctement. Si vous ressentez, ou si votre personne soignante constate, un des symptômes ci-après indiquant la prise d'une trop grande quantité de fentanyl, demandez immédiatement des soins médicaux :

  • des crises convulsives;
  • de la difficulté à penser, à parler ou à marcher;
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre, de voir ou de sentir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • une respiration lente et peu profonde;
  • une respiration difficile;
  • une sensation d'évanouissement imminent, d'étourdissement ou de confusion;
  • une somnolence extrême et un ralentissement de la respiration.

Dépendance par accoutumance : comme pour tout médicament opioïde, ce médicament peut engendrer une dépendance physique s'il est pris durant une longue période. Cela n'est pas la même chose que l'accoutumance. Quand ce médicament est utilisé de manière appropriée pour soulager la douleur, il n'est généralement pas associé à un problème de mésusage. Si vous avez des questions à ce sujet, parlez-en à votre médecin.

N'interrompez pas brusquement la prise des comprimés fentanyl parce que des symptômes de sevrage pourraient se produire. Ces symptômes comprennent les nausées, les vomissements, la diarrhée, les frissons et l'anxiété. Votre médecin vous conseillera quant à la manière de cesser la prise des comprimés de fentanyl de manière sécuritaire.

Si vous ou un membre de votre famille avez déjà eu des problèmes de mésusage d'alcool, de médicaments d'ordonnance ou de drogues illicites, ou de dépendance à ces substances, il est important de le dire à votre médecin.

Difficulté respiratoire : les comprimés de fentanyl peuvent causer des problèmes respiratoires graves et potentiellement mortels. Si vous avez de la difficulté à respirer ou si votre respiration est lente et superficielle, obtenez immédiatement des soins médicaux. Si vous prenez d'autres médicaments qui peuvent ralentir la respiration (par ex. un médicament contre l'anxiété ou un somnifère), si vous êtes une personne âgée ou si vous avez une bronchite chronique ou un emphysème peu grave, vous risquez davantage d'avoir ces symptômes respiratoires. Ne manquez pas d'observer les instructions sur la bonne façon d'employer ce médicament. Si vous avez des questions, consultez votre médecin ou votre pharmacien. Si vous avez une affection chronique grave des poumons (par ex. une bronchite, un emphysème), vous ne devriez pas prendre ce médicament.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. En cas de fonction hépatique diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. En cas de diminution de la fonction rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Pamplemousse : ne mangez pas de pamplemousse et n'en buvez pas le jus pendant que vous prenez ce médicament. Cela pourrait nuire à l'élimination du médicament de votre organisme, en plus de causer des effets secondaires et potentiellement graves.

Pression artérielle : le fentanyl peut être à l'origine de ou aggraver la faiblesse de la pression artérielle. Si vous ressentez des étourdissements graves, surtout quand vous vous levez après avoir été en position assise ou couchée, communiquez avec votre médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : ce médicament peut causer de la somnolence ou des étourdissements. Évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner des machines, d'accomplir d'autres tâches qui exigent de la vigilance, jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Syndrome sérotoninergique : l'association du fentanyl avec d'autres médicaments qui agissent sur la sérotonine comme antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine (des médicaments employés pour traiter la dépression), peut entraîner des réactions graves. Ces associations médicamenteuses peuvent augmenter la quantité de sérotonine présente dans le corps. Les symptômes d'une réaction peuvent inclure une raideur musculaire et des spasmes, une difficulté à bouger et des altérations de l'état mental, y compris du délire et de l'agitation. Le coma et la mort pourraient également se produire.

Si vous prenez des antidépresseurs, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Tolérance : les comprimés de fentanyl peuvent entraîner une tolérance lors de l'utilisation prolongée. Quand votre corps acquiert une tolérance à un médicament vous devez en augmenter les doses pour continuer à obtenir le soulagement d'une douleur de la même intensité. Votre médecin recommandera la dose de fentanyl qui conviendra le mieux à votre cas. Ne modifiez pas cette dose de votre propre chef ni la façon dont vous employez ce médicament. Si vous trouvez qu'une dose de fentanyl ne soulage pas votre douleur autant qu'avant, communiquez avec votre médecin.

Utilisation accidentelle : une ingestion ou une utilisation accidentelle d'une dose ou plus de fentanyl peut entraîner une overdose mortelle chez une personne ne se trouvant pas sous prescription. Les enfants sont particulièrement à risque. Gardez ce médicament hors de la portée des enfants.

Grossesse : le fentanyl passe par le placenta et peut lorsqu'il est pris par la mère au cours d'une grossesse avoir des effets sur le bébé en développement.  On a observé chez certains nouveau-nés dont les mères prenaient du fentanyl au cours de leur grossesse des symptômes de sevrage.  Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient ou si vous en planifiez une pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez le fentanyl pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait avoir un problème respiratoire mettant sa vie en danger. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans. L'ingestion accidentelle de ce médicament par un enfant peut avoir des conséquences graves, voire mortelles. Gardez ce médicament hors de la portée des enfants.

Aînés : les aînés sont probablement plus sensibles aux effets de ce médicament.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre les comprimés de fentanyl et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • l'alcool;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine, la télithromycine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antifongiques azolés (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le kétoconazole, le posaconazole);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • la belladone;
  • les benzodiazépines (par ex. le clonazépam, le diazépam, le lorazépam);
  • la benztropine;
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • le bicalutamide;
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • la bromocriptine;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • le cannabis;
  • le cobicistat;
  • les combinaisons de médicaments luttant contre le virus de l'hépatite C ombitasvir - paritaprevir - ritonavir - dasabuvir;
  • le conivaptan;
  • la cyclosporine;
  • la darifénacine;
  • la desmopressine;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • la dofétilide;
  • la dronédarone;
  • l'enzalutamide;
  • le flavoxate;
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • certains inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. crizotinib, lapatinib, nilotinib, sunitinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • l'ipratropium;
  • le jus de pamplemousse;
  • le kétotifène;
  • le lithium;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. la carbamazépine, le clobazam, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • des médicaments contenant de l'ergot de seigle (par ex. diydroergotamine, ergonovine, ergotamine, méthylergonovine);
  • la métoclopramide;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • le modafinil;
  • le nabilone;
  • la naloxone;
  • la naltrexone;
  • la néfazodone;
  • l'octréotide;
  • l'olopatadine
  • d'autres opioïdes (par ex. la mépéridine, la morphine, la codéine, l'oxycodone, l'hydromorphone);
  • l'oxybutynine;
  • le pramipexole;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le ropinirole;
  • la rotigotine;
  • la scopolamine;
  • le siméprévir;
  • la solifénacine;
  • la thalidomide;
  • le tiotropium;
  • la toltérodine;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • l'uméclidinium;
  • le zolpidem;
  • le zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Fentora

Les pharmaciens sont les seuls responsables de l'exercice de la pharmacie. Les services en pharmacie présentés sur cette page vous sont offerts par les pharmaciens propriétaires affiliés à Uniprix.

Le site www.uniprix.com aborde des sujets liés à la santé. Validés par des experts, ses textes constituent une source d'information fiable au moment de leur diffusion. Ils ne remplacent en aucun cas l'opinion d'un professionnel de la santé. Uniprix inc. et ses pharmaciens affiliés n'engagent leur responsabilité d'aucune manière en rendant disponible cette information sur ce site Web.