Pharmacie Uniprix - Logo
  0
Votre liste d'achat

Total $0 Tx. Excl.

Connexion
  Créer un compte Mot de passe oublié ?

Lexique des médicaments

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le vémurafénib appartient à un groupe de médicaments anticancéreux appelés antinéoplasiques, et plus particulièrement à un groupe de médicaments connus sous le terme inhibiteurs de la protéine kinase. Le vémurafénib agit en reconnaissant certains types de cellules cancéreuses et en s'y fixant. Cela peut empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier et ainsi le cancer de croître.

On utilise le vémurafénib chez les adultes pour traiter le mélanome, un type de cancer de la peau lorsqu'il possède une mutation (un changement) du gène « BRAF » et que l'on ne peut l'enlever chirurgicalement ou qu'il s'est propagé à d'autres parties du corps. Les patients doivent faire analyser leurs cellules cancéreuses pour déterminer si ce gène « BRAF » est présent avant de commencer à recevoir ce médicament.

Vémurafénib est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres.   Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose habituelle de vémurafénib est de 960 mg (4 comprimés) une fois le matin et 960 mg (4 comprimés) une fois le soir, à un intervalle d'environ 12 heures. Vous pouvez prendre ce médicament à jeun ou avec de la nourriture, mais vous devez le prendre de la même façon chaque fois. Avalez le comprimé entier avec 1 verre d'eau. Ne l'écrasez pas non plus. Évitez de boire le jus de pamplemousse pendant que vous prenez le vémurafénib.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin.

Si vous oubliez une dose et qu'il reste au moins 4 heures avant la dose suivante, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission, et reprenez la suite du traitement. Si votre prochaine dose doit avoir lieu dans moins de 4 heures, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé rosâtre vers blanc-orange, ovale, bi-convexe, pelliculé avec « VEM » gravé sur une face, contient vémurafénib 240 mg. Ingrédients non médicinaux : silice colloïdale anhydre, croscarmellose sodique, hydroxypropylcellulose, acétate-succinate d'hydroxypropylméthylcellulose (HPMC-AS) et stéarate de magnésium; Pelliculage : oxyde de fer rouge (E172), macrogol 3350, alcool polyvinylique, talc et dioxyde de titane (E171).

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque étant allergique au vémurafénib, ou à l'un des ingrédients du médicament, ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après.  Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une altération du goût;
  • une constipation;
  • de la diarrhée;
  • de la douleur dans les articulations, les muscles, le dos ou les extrémités;
  • une éruption cutanée, une démangeaison, une peau sèche;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • une fièvre;
  • l'hypersensibilité au soleil;
  • l'inflammation de la racine des cheveux;
  • un mal de dos;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une perte d'appétit;
  • une perte de cheveux;
  • une perte de poids;
  • des picotements ou une sensation de cuisson dans les mains ou dans les jambes (neuropathie périphérique);
  • une pression artérielle élevée;
  • rougeurs, décollement de la peau ou l'apparition de cloques sur les mains et les pieds (syndrome main-pied);
  • une toux;
  • des troubles cutanés (par ex. verrues);
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux. 

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste : 

  • des anomalies du champ visuel;
  • des brûlures d'estomac;
  • une douleur lors de la déglutition;
  • des infections inaccoutumées (dont les symptômes seraient une fièvre ou des frissons, une diarrhée aiguë, un essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, un cou raide, une perte de poids ou de l'apathie);
  • une inflammation oculaire;
  • une inflammation des poumons (par ex. fièvre, frissons, essoufflement, toux);
  • des rougeurs, une inflammation ou une sensation de brûlure à l'endroit où a été faite la radiothérapie;
  • des signes et des symptômes attribuables à une anomalie de la fonction hépatique, notamment le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une sensation de fatigue, l'apparition d'une urine foncée ou brune, de la nausée ou des vomissements et un manque d'appétit;
  • des signes et des symptômes du carcinome épidermoïde de la peau, notamment de nouvelles plaies cutanées, des verrues, des bosses rougeâtres, une plaie qui saigne ou qui ne guérit pas ou un changement des dimensions, de la forme ou de la couleur d'un grain de beauté;
  • des signes et des symptômes attribuables à des changements du rythme cardiaque, notamment des étourdissements ou des malaises, des convulsions, des palpitations ou la présence de battements cardiaques rapides, irréguliers ou très forts;
  • des signes attribuables à de la déshydratation (par ex. une réduction de la production d'urine, de la sécheresse cutanée, de la sécheresse et de l'empâtement de la bouche, de la somnolence, des étourdissements, des maux de tête, une sensation de soif, de la confusion);
  • des signes attribuables à une insuffisance rénale (par ex. une réduction de la production d'urine, une enflure des chevilles ou des pieds, de la fatigue, une douleur abdominale).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des réactions allergiques comme une éruption cutanée, une respiration difficile, une boursouflure du visage, des lèvres ou de la langue;
  • des signes attribuables à une pancréatite (par ex. une douleur sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, des nausées, une fièvre, un rythme cardiaque rapide, abdomen gonflé);
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent.

AVIS DE SANTÉ CANADA

le 22 décembre 2015

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi de Zelboraf (vémurafénib). Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Anomalies du rythme cardiaque: le vémurafénib peut causer des des anomalies du rythme cardiaque en perturbant l'activité électrique du cœur. Certains médicaments (par ex. le sotalol, la quinidine, la thioridazine, la chlorpromazine, le dropéridol, le pimozide, la moxifloxacine, la méfloquine, la pentamidine, le trioxyde de diarsenic,  le tacrolimus) peuvent augmenter le risque d'un type de rythme cardiaque anormal appelé allongement de l'espace QT et ne devraient pas s'utiliser en combinaison avec le vémurafenib. Certains facteurs constituent un risque accru de ce type de rythme cardiaque anormal, et de ses complications, notamment :

  • l'appartenance au sexe féminin;
  • un âge supérieur à 65 ans ;
  • des antécédents familiaux de mort cardiaque subite;
  • des antécédents de maladie cardiaque ou d'anomalies du rythme cardiaque;
  • un ralentissement de la fréquence cardiaque;
  • un allongement congénital de l'espace QT;
  • diabète
  • des antécédents d'accident vasculaire cérébral;
  • un taux bas de potassium, de magnésium ou de calcium;
  • des déficiences nutritionnelles;

Pendant que vous employez ce médicament, votre médecin surveillera régulièrement votre rythme cardiaque au moyen d'un examen appelé une électrocardiographie (ECG). Vous ne devriez pas employer ce médicament si votre ECG détecte un allongement de l'espace QT ou si vous utilisez déjà un médicament qui peut causer l'allongement de l'espace QT.

Autres cancers : Il a été signalé que ce médicament est à l'origine de développements imprévus de cancers tels que le carcinome spinocellulaire squameux de la tête et du cou. Ce médicament peut également accélérer le développement d'autres cancers tels que le cancer pancréatique et certains types de cancers du sang. Pendant l'utilisation de ce médicament, votre docteur peut vouloir vous faire passer des tests de dépistage périodiques afin de s'assurer que tout nouveau cancer puisse être identifié et traité aussi tôt que possible. Si vous avez des antécédents de cancers autres que ce mélanome, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale: l'utilisation de ce médicament peut réduire la fonction rénale et provoquer une insuffisance rénale. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous remarquez l'enflure de vos mains, de vos pieds ou de votre visage, une élévation de votre tension artérielle, des crampes musculaires inhabituelles ou une apparence foncée de votre urine, il se peut que ce médicament nuise à la bonne fonction de vos reins. Si vous remarquez l'un ou l'autre de ces symptômes, communiquez avec votre médecin dès que possible.

Fonction hépatique: l'utilisation du vémurafenib est susceptible de réduire la fonction hépatique et peut provoquer une insuffisance hépatique possiblement mortelle. Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament. Cela permet souvent la détection d'une fonction hépatique réduite avant qu'elle ne s'aggrave.

Jus de pamplemousse : le jus de pamplemousse influe sur la façon dont le vémurafenib est éliminé du corps et pourrait causer une accumulation trop importante de celui-ci, entraînant des effets secondaires dangereux. Les personnes qui suivent un traitement par ce médicament ne doivent pas boire du jus de pamplemousse, ni manger du pamplemousse.

Pancréatite: le vémurafénib peut provoquer une inflammation du pancréas. Si vous avez des antécédents de pancréatite, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Avertissez votre médecin immédiatement si vous observez des signes de pancréatite comme une douleur située sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, des nausées, une fièvre, des frissons, des battements de cœur rapides ou un gonflement de l'abdomen.

Prolongation de l'intervalle QT : vémurafénib peut influer sur l'activité électrique du cœur et causer l'allongement de l'espace QT. Pendant que vous employez ce médicament, votre médecin surveillera régulièrement votre rythme cardiaque au moyen d'un examen appelé une électrocardiographie (ECG). Vous ne devriez pas employer ce médicament si votre ECG détecte un allongement de l'espace QT ou si vous utilisez déjà un médicament qui peut causer l'allongement de l'espace QT.

Pression artérielle élevée : vémurafénib pourrait augmenter votre pression artérielle. Votre médecin surveillera votre pression artérielle pendant que vous employez ce médicament.

Peau : l'utilisation du vémurafénib peut provoquer des changements de votre peau, notamment l'apparition d'un nouveau mélanome ou d'un carcinome épidermoïde de la peau. Consultez votre médecin si vous constatez un changement de votre peau pendant que vous prenez ce médicament et pendant les 6 mois qui suivent la prise de votre dernière dose. Parmi les changements à surveiller, on compte l'apparition de nouvelles plaies cutanées, de verrues, de bosses rougeâtres, de plaies qui saignent ou qui ne guérissent pas ou un changement des dimensions, de la forme ou de la couleur d'un grain de beauté.

Vemurafenib pourrait également causer une sensibilité accrue à la lumière du soleil. Pendant que vous prenez ce médicament, utilisez un écran solaire avec un FPS supérieur à 30 et des vêtements protecteurs.

Radiothérapie: effectuer une radiothérapie pendant que vous prenez du vémurafenib peut causer des brûlures radiologiques sur la zone traitée. Il n'est pas recommandé d'utiliser ce médicament pendant un traitement radiologique. Si vous avez effectué un traitement radiologique par le passé, le vémuranefib peut être à l'origine d'une condition appelée réaction de rappel d'irradiation  où la zone traitée par radiologie s'enflamme à nouveau.

 Réactions allergiques : Il arrive que certaines personnes aient une réaction allergique grave à ce médicament. Cette réaction peut toucher plusieurs organes de l'organisme et peut s'avérer mortelle si on ne la traite pas rapidement. Suspendez la prise du médicament et demandez immédiatement des soins médicaux en cas de symptômes semblables à une réaction allergique grave, notamment de la fièvre, une augmentation du volume des ganglions, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux ou des symptômes semblables à ceux de la grippe accompagnés d'une éruption cutanée ou de cloques, d'un visage bouffi ou de difficultés à respirer.

Vision : le vémurafénib peut causer une inflammation de l'œil. Il peut également contribuer à une occlusion des vaisseaux qui amènent le sang hors de l'œil.. Si vous remarquez une modification ou un trouble de la vision, prenez contact avec votre médecin au plus tôt.

Femmes : les femmes peuvent être plus susceptibles de subir certaines réactions indésirables de ce médicament, notamment des éruptions cutanées, une hypersensibilité à la lumière et des douleurs articulaires.

Grossesse : le vémurafénib peut provoquer des lésions à un enfant pendant la grossesse.  Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques.  Les femmes susceptibles de devenir enceintes doivent utiliser une méthode de contraception efficace pendant qu'elles utilisent ce médicament et pendant au moins 6 mois après la prise de la dernière dose de médicament. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le vemafuranib passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants et adolescents : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Aînés : les personnes de 65 ans et plus peuvent être plus susceptibles de subir certaines réactions indésirables de ce médicament, notamment l'apparition d'un carcinome épidermoïde de la peau, une perte d'appétit et certaines affections cardiaques.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vémurafénib et l'un des médicaments ci-après:

  • l'acétate d'abiratérone;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosin, la prazosine, la silodosine);
  • l'aliskirène;
  • l'amantadine;
  • l'amiodarone;
  • les antidépresseurs tricycliques (l'amitriptyline, l'imipramine);
  • les antidiabétiques « gliptine »  (par ex. la linagliptine, la saxagliptine, la sitagliptine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • des antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. le fluconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • l'aprépitant;
  • les bêtabloquants (par ex. le carvédilol, le propranolol);
  • les bêta-2 agonistes à action prolongée (par ex. l'indacatérol, le salmétérol);
  • le bicalutamide;
  • le bosentan;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les médicaments contre le cancer (par ex. la doxorubicine, étoposide, méthotrexate, mitotane, tamoxifène, vinblastine, vincristine);
  • la carbamazépine;
  • la chloroquine;
  • cobicistat;
  • la colchicine;
  • le conivaptan;
  • les corticostéroïdes (par ex. la dexaméthasone, l'hydrocortisone);
  • la cyclosporine;
  • le dabigatran;
  • le déférasirox;
  • le dextrométhorphane;
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • le disopyramide;
  • le dompéridone;
  • le donépézil;
  • la dronédarone;
  • enzalutamide;
  • les œstrogènes (par ex. les œstrogènes conjugués, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • la famotidine;
  • le fingolimod;
  • la flécaïnide;
  • la flutamide;
  • la galantamine;
  • les autres médicaments servant à éliminer le virus de l'hépatite C (par ex. le bocéprévir, le lédipasvir, le sofosbuvir, le télaprévir);
  • l'hydrate de chloral;
  • le jus de pamplemousse;
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • l'hydrocodone;
  • l'indapamide;
  • la lidocaïne;
  • le lithium;
  • le lomitapide;
  • le lopéramide;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • la maprotiline;
  • la méfloquine;
  • la mélatonine;
  • le midazolam;
  • le métronidazole;
  • la mexilétine;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • lemirabégron;
  • la mirtazapine;
  • le modafinil;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la morphine, la méthadone);
  • la néfazodone;
  • l'octréotide;
  • la pentamidine;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • le porfimère;
  • la primaquine;
  • la primidone;
  • la procaïnamide;
  • la progestérone;
  • la propafénone;
  • certains inhibiteurs des protéines kinases (par ex. le bosutinib, le crizotinib, le dabrafénib, le dasatinib, l'imatinib, le nilotinib, le sunitinib);
  • le prucalopride;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (la moxifloxacine, la lévofloxacine, la ciprofloxacine);
  • la ranitidine;
  • la rifabutine;
  • la rasagiline;
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • la romidepsine;
  • ropinirole;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • le siméprévir;
  • la silodosine;
  • la solifénacine;
  • le sotalol;
  • le sulfaméthoxazole;
  • le tacrolimus;
  • la tétrabénazine;
  • la tétracycline;
  • la théophylline;
  • la tizanidine;
  • le tocilizumab;
  • la trazodone;
  • le triméthoprime;
  • le vardénafil;
  • la venlafaxine;
  • les médicaments contre le VIH (l'atazanavir,la saquinivir, le ritonavir,l'indinavir);  
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux; 
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Zelboraf

Les pharmaciens sont les seuls responsables de l'exercice de la pharmacie. Les services en pharmacie présentés sur cette page vous sont offerts par les pharmaciens propriétaires affiliés à Uniprix.

Le site www.uniprix.com aborde des sujets liés à la santé. Validés par des experts, ses textes constituent une source d'information fiable au moment de leur diffusion. Ils ne remplacent en aucun cas l'opinion d'un professionnel de la santé. Uniprix inc. et ses pharmaciens affiliés n'engagent leur responsabilité d'aucune manière en rendant disponible cette information sur ce site Web.