Pharmacie Uniprix - Logo
  0
Votre liste d'achat

Total $0 Tx. Excl.

Connexion
  Créer un compte Mot de passe oublié ?

Lexique des médicaments

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La quinine appartient à la classe des médicaments appelés antipaludéens. Elle s'utilise en association avec un autre médicament (habituellement un antibiotique) pour soigner certains types de paludisme (malaria).

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour le traitement du paludisme, la dose moyenne de quinine recommandée quotidiennement pour un adulte est 600 mg pris par la bouche toutes les 8 heures, pendant 3 à 7 jours. Les doses pour enfants sont calculées selon leur poids corporel. La quinine devrait être prise après les repas afin de réduire les risques de maux de ventre.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. Si plus de 4 heures se sont passées depuis la dose manquée, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

200 mg
Chaque capsule de gélatine dure, claire, portant les inscriptions « NOVO » et « 200 » à l'encre noire, contient 200 mg de sulfate de quinine. Ingrédients non médicinaux : acide acétique, dioxyde de silice colloïdale, gélatine, lactose, stéarate de magnésium, amidon prégélatinisé, laurylsulfate de sodium et talc.

300 mg
Chaque capsule de gélatine dure, claire, portant les inscriptions « NOVO » et « 300 » à l'encre noire, contient 300 mg de sulfate de quinine. Ingrédients non médicinaux : acide acétique, dioxyde de silice colloïdale, gélatine, lactose, stéarate de magnésium, amidon prégélatinisé, laurylsulfate de sodium et talc.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la quinine ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une allergie à la quinidine ou à la méfloquine;
  • des antécédents de syndrome hémolytique et urémique (SHU);
  • une carence en glucose-6-phosphate déshydrogénase ;
  • des antécédents de fièvre bilieuse hémoglobinurique et de purpura thrombocytopénique (décoloration violacée de la peau) ;
  • un faible taux de sucre sanguin ;
  • une myasthénie grave ;
  • une névrite optique ;
  • un rythme cardiaque irrégulier appelé prolongement de l'intervalle QT
  • des taux faibles de glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD);

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.
Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.
Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des bouffées de chaleur;
  • des douleurs ou des crampes abdominales ou à l'estomac;
  • de la diarrhea;
  • des étourdissements;
  • des maux de tête;
  • de la nausé;
  • une sudation accrue;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des anomalies du rythme cardiaque (par ex. des battements cardiaques très rapides, très lents ou très forts);
  • des anomalies de la vue (par ex. une sensibilité à la lumière, une cécité nocturne, inflammation oculaire, des corps flottants dans le champ de vision, une modification de la perception des couleurs);
  • des signes d'un désordre de la coagulation (par ex. un saignement du nez inaccoutumé, des ecchymoses, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des symptômes attribuables à une baisse du taux de sucre sanguin (par ex. des sueurs froides, une pâleur et une fraîcheur de la peau, des maux de tête, une accélération des battements cardiaques, de la faiblesse, de la confusion);
  • un tintement ou un bourdonnement dans les oreilles.

Sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • un coma;
  • des convulsions;
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Anomalies du rythme cardiaque : ce médicament pourrait causer des anomalies du rythme cardiaque. Certains médicaments (par ex. le sotalol, la quinidine, la chlorpromazine, le dropéridol, le pimozide, la moxifloxacine, la méfloquine, la pentamidine, le trioxyde de diarsenic, le probucol, le tacrolimus) peuvent augmenter le risque d'un type de rythme cardiaque anormal appelé allongement de l'espace QT, et ils ne devraient pas s'utiliser en combinaison avec le lenvatinib. Certains facteurs constituent un risque accru de ce type de rythme cardiaque anormal, et de ses complications, notamment :

  • un âge supérieur à 65 ans;
  • un allongement congénital de l'espace QT;
  • des antécédents d'accident vasculaire cérébral;
  • des antécédents familiaux de mort subite provoquée par une crise cardiaque ou par un problème cardiaque semblable;
  • des antécédents de maladie cardiaque ou d'anomalies du rythme cardiaque;
  • l'appartenance au sexe féminin;
  • des déficiences nutritionnelles;
  • du diabète;
  • un ralentissement de la fréquence cardiaque;
  • un taux bas de potassium, de magnésium ou de calcium.

Si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque ou d'anomalies du rythme cardiaque ou si vous prenez certains médicaments (par ex. le vérapamil, l'atazanavir), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Saignement : le méthotrexate peut provoquer une baisse du nombre de plaquettes dans le sang, ce qui rend les saignements plus difficiles à faire cesser. Si vous remarquez des signes de saignement, comme des saignements de nez fréquents, des ecchymoses inexpliquées, ou des selles noirâtres et goudronneuses, signalez-le à votre médecin au plus tôt. Votre médecin demandera des analyses de sang régulières pour s'assurer que tout problème potentiel soit détecté de manière précoce.

Fonction rénale: ce médicament est éliminé de l'organisme en partie par les reins. Une réduction de la fonction rénale ou la présence d'une maladie rénale peut causer une accumulation du médicament dans l'organisme et ainsi provoquer certains effets secondaires. En cas de diminution de la fonction rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Si vous employez ce médicament contre un cancer, votre médecin pourrait vous demander de boire une plus grande quantité de liquide en vue de prévenir des atteintes rénales.

Fonction hépatique : une affection hépatique ou une fonction hépatique réduite peut mener à une accumulation de ce médicament dans l'organisme et à des effets secondaires. Si vous êtes atteint de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin suivra probablement votre fonction hépatique au moyen d'analyses sanguines pendant que vous utilisez ce médicament.

Myasthénie grave : une myasthénie grave est une affection qui cause une faiblesse musculaire caractéristique. La quinine peut créer de la faiblesse musculaire et accentuer les symptômes de cette maladie. Les personnes ayant une myasthénie grave devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Diabète : la quinine peut engendrer une libération dans le corps d'insuline par le pancréas et diminue parfois le taux de sucre dans le sang. If you have diabetes, Les personnes atteintes de diabète devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Il se peut que vous ayez à surveiller votre taux de glucose avec plus d'attention lorsque vous utilisez ce médicament.

Maladie cardiaque : la quinine peut causer des effets secondaires qui affectent le cœur, mais cela ne se produit habituellement qu'à fortes doses. Les personnes atteintes de maladie cardiaque devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : la quinine peut causer des anomalies congénitales et peut entraîner des complications durant la grossesse. Les femmes enceintes sont plus à risque de constater des taux sanguins de sucre très faible. Durant la grossesse, elle ne devrait être utilisée que pour soigner une malaria grave qui menace la vie de la mère.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la quinine pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la quinine et l'un des agents ci-après :

  • l'acétate de somatostatine;
  • l'acétazolamide;
  • l'aliskirène;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amantadine;
  • l'amiodarone;
  • les androgènes (par ex. la méthyltestostérone, la nandrolone, la testostérone);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les antiacides (par ex. l'hydroxyde d'aluminium, le carbonate de calcium, l'hydroxyde de magnésium);
  • les antibiotiques de la classe des sulfonamides (« sulfas », par ex. le sulfisoxazole, le sulfaméthoxazole);
  • des antibiotiques de la famille des quinolones, (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. l'azithromycine, la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les anticancéreux (par ex. la daunorubicine, la doxorubicine, l'étoposide, l'idarubicine, l'irinotécan, le méthotrexate, le paclitaxel, le tamoxifène, le temsirolimus, la vinblastine, la vincristine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aprépitant;
  • les bêta-2 agonistes à action prolongée (par ex. l'indacatérol, l'olodatérol; le salmétérol);
  • les bêta-bloquants adrénergiques (par ex. le carvédilol, le métoprolol, le propranolol, le nadolol, le sotalol, le timolol);
  • le bexarotène;
  • le bicalutamide;
  • le bicarbonate de sodium;
  • les bloquants neuromusculaires (par ex. la succinylcholine, le pancuronium);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • le bosentan;
  • la buprénorphine;
  • la carbamazépine;
  • le célécoxib;
  • la chloroquine;
  • la cimétidine;
  • le cobicistat;
  • la codéine;
  • la colchicine;
  • le conivaptan;
  • la cyclosporine;
  • le dabigatran;
  • la dapsone;
  • le déférasirox;
  • la dexaméthasone;
  • le dextrométhorphane;
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • le dompéridone;
  • le donépézil;
  • la dronabinol;
  • la dronédarone;
  • l'enzalutamide;
  • les œstrogènes (par ex. les œstrogènes conjugués, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • la famotidine;
  • le fingolimod;
  • la flécaïnide;
  • le formotérol;
  • la fosphénytoïne;
  • la galantamine;
  • l'hydrate de chloral;
  • l'hydrocortisone;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs de la protéine kinase (par ex. le dasatinib, l'imatinib, le sunitinib);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • le jus de pamplemousse;
  • le lanréotide;
  • le leuprolide;
  • la lévodopa;
  • le lithium;
  • le lomitapide;
  • le lopéramide;
  • les médicaments antiviraux dans le traitement de l'hépatite (par ex. le bocéprévir, l'ombitasvir, le paritaprévir, le dasabuvir);
  • les médicaments de type « statine » pour traiter les niveaux élevés de cholestérol (par ex. l'atorvastatine, la lovastatine, la simvastatine);
  • la méfloquine;
  • la méthadone;
  • la méthamphétamine;
  • la métoclopramide;
  • le métronidazole;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le mirabégron;
  • la mirtazapine;
  • le modafinil;
  • le montélukast;
  • la néfazodone;
  • l'octréotide;
  • le pasiréotide;
  • la pentamidine;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • la primaquine;
  • la primidone;
  • la procaïnamide;
  • la progestérone;
  • la propafénone;
  • la quinidine;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • la romidepsine;
  • la silodosine;
  • la solifénacine;
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • la tétrabénazine;
  • la tétracycline;
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • la tizanidine;
  • la toltérodine;
  • le tolvaptan;
  • la trazodone;
  • la trétinoïne;
  • le triméthoprime;
  • le vardénafil;
  • la warfarine;
  • le zafirlukast.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Teva-Quinine

Les pharmaciens sont les seuls responsables de l'exercice de la pharmacie. Les services en pharmacie présentés sur cette page vous sont offerts par les pharmaciens propriétaires affiliés à Uniprix.

Le site www.uniprix.com aborde des sujets liés à la santé. Validés par des experts, ses textes constituent une source d'information fiable au moment de leur diffusion. Ils ne remplacent en aucun cas l'opinion d'un professionnel de la santé. Uniprix inc. et ses pharmaciens affiliés n'engagent leur responsabilité d'aucune manière en rendant disponible cette information sur ce site Web.