Médicaments
Médicaments
Apotex - À l'avant garde des génériques
Entrez le nom du médicament
 
Effectuez une recherche basée sur la première lettre du nom.
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dom-clomipramine

Nom générique

clomipramine

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La clomipramine appartient à la classe de médicaments appelés antidépresseurs tricycliques. Elle s'utilise pour le traitement de la dépression et des troubles obsessionnels-compulsifs. Ces troubles sont associés à un déséquilibre de certaines substances chimiques dans le cerveau. La clomipramine aide à rétablir l'équilibre.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Ce médicament est offert sous forme de comprimés dosés à 25 et 50 mg.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de clomipramine recommandée pour l'adulte varie de 25 mg à 200 mg par jour en prises fractionnées, de préférence aux repas et au coucher. La dose dépend des circonstances individuelles, mais elle est habituellement faible au départ, et augmentée progressivement au besoin, selon la prescription du médecin.

Pour les enfants et les adolescents (de 10 à 17 ans), la dose initiale est généralement de 25 mg par jour ; elle est ensuite augmentée de 25 mg tous les trois ou quatre jours selon la prescription du médecin.

Lors de l'arrêt du traitement, la dose devrait être réduite graduellement pour prévenir les symptômes du sevrage.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

La clomipramine ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la clomipramine ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une insuffisance cardiaque congestive aiguë ;
  • certains désordres sanguins ;
  • un glaucome ;
  • des lésions rénales ou hépatiques ;
  • une crise cardiaque récente ;
  • la prise d'un inhibiteur de la MAO, tels le moclobémide ou la phénelzine au cours des 14 derniers jours.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des étourdissements,
  • de la somnolence,
  • une sécheresse de la bouche,
  • des maux de tête,
  • des brûlures d'estomac,
  • une augmentation de l'appétit,
  • une transpiration accrue,
  • de la fatigue ou de la faiblesse (légère)
  • des tremblements,
  • un changement du champ visuel,
  • un gain de poids.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une vision floue ;
  • de la confusion ou du délire ;
  • de la constipation (en particulier parmi les aînés) ;
  • une diminution de la capacité sexuelle ;
  • de la difficulté à parler ou à avaler ;
  • une douleur oculaire ;
  • un évanouissement ;
  • un rythme cardiaque rapide ou irrégulier (des battements forts, trop rapides ou manquants) ;
  • des hallucinations ;
  • une perte d'équilibre ;
  • une physionomie figée ;
  • de la nervosité ou de l'agitation ;
  • un trouble urinaire ;
  • des tremblements ;
  • une démarche traînante ;
  • des mouvements ralentis ;
  • une raideur des bras et des jambes.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Verres de contact : la clomipramine peut entraîner une baisse de la sécrétion de larmes et, par conséquent, accroître la probabilité de lésion oculaire chez les personnes qui portent des verres de contact.

Effets dentaires : un traitement prolongé par la clomipramine peut entraîner une augmentation du nombre de caries dentaires. Il est important d'avoir des examens dentaires réguliers et une bonne hygiène dentaire lors de la prise de ce médicament.

Somnolence et vigilance réduite : la clomipramine peut entraîner une somnolence, surtout au début du traitement ; par conséquent, il faut être prudent avant d'entreprendre des activités qui exigent de la vigilance, du jugement et une bonne coordination physique, comme conduire ou faire fonctionner des machines.

Troubles médicaux :  les personnes ayant des antécédents de crises convulsives ou dont l'état abaisse le seuil de convulsion (par exemple l'alcoolisme ou le sevrage de l'alcool) devraient faire l'objet d'un suivi médical étroit lors du traitement à la clomipramine.

Les personnes atteintes des affections ci-après devraient être suivies par leur médecin lors de la prise du clomipramine :

  • des antécédents de maladie cardiaque,
  • un trouble thyroïdien,
  • un trouble urinaire,
  • des antécédents de maladie du foie.

Hypotension orthostatique (étourdissements au passage en position debout) : passez lentement de la position allongée ou assise à la position debout, car la clomipramine peut causer une baisse soudaine, mais temporaire, de la pression artérielle et provoquer des étourdissements.

Comportement suicidaire ou agité : les personnes qui prennent des antidépresseurs comme la clomipramine pourraient ressentir de l'agitation (qui se manifesterait par de l'impatience, de l'anxiété, de l'agressivité, des émotions fortes et le sentiment de ne pas être elles-mêmes), ou elles pourraient vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu'un. Si vous remarquez une transformation de l'humeur, du comportement, des pensées ou des sentiments ressentis par vous-même ou par quelqu'un qui prend ce médicament, communiquez avec un médecin immédiatement. Votre médecin exercera une surveillance stricte qui ciblera les changements de votre comportement, surtout au début du traitement ou après avoir augmenté ou diminué la dose du médicament.

Sevrage : l'arrêt soudain du traitement par la clomipramine peut entraîner des symptômes de sevrage tels que des étourdissements, des nausées, des maux de tête et des troubles du sommeil. Ces symptômes ne témoignent cependant pas d'une dépendance au médicament. Consultez le médecin avant de cesser vous-même la prise du médicament.

Grossesse : l'innocuité de ce médicament chez les femmes enceintes n'a pas été établie. La clomipramine ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes sauf si, de l'avis du médecin, les bienfaits prévus priment les risques potentiels.

Allaitement : la clomipramine passe dans le lait maternel. Les femmes qui allaitent devraient cesser graduellement de prendre ce médicament ou interrompre l'allaitement.

Enfants : l'utilisation de la clomipramine n'a pas été évaluée pour les enfants de moins de 10 ans ; il n'existe donc pas de recommandations précises pour ce groupe d'âge. Les effets à long terme de la clomipramine sur la croissance et le développement de l'enfant n'ont pas été établis.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la clomipramine et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool ;
  • les amphétamines ;
  • les anticholinergiques (par ex. l'atropine) ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital) ;
  • les benzodiazépines (par ex. le diazépam, le lorazépam) ;
  • le buproprion ;
  • les butyrophénones (par ex. l'halopéridol) ;
  • la carbamazépine ;
  • la cimétidine ;
  • la ciprofloxacine ;
  • la clonidine ;
  • la codéine ;
  • la duloxétine ;
  • l'éphédrine ;
  • l'œstrogène ;
  • le jus de pamplemousse ;
  • le kétoconazole ;
  • le lansoprazole ;
  • le lithium ;
 
  • les inhibiteurs de la MAO (par ex. la phénelzine, le moclobémide) ;
  • le méthyldopa ;
  • le méthylphénidate ;
  • le métoclopramide ;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le naproxène) ;
  • l'olanzaprine ;
  • les phénothiazines (par ex. chlorpromazine, thioridazine) ;
  • la phényléphrine ;
  • la phénytoïne ;
  • le pimozide ;
  • la quinidine ;
  • la quinine ;
  • le rabéprazole ;
  • la rifabutine ;
  • la rifampine ;
  • les antidépresseurs ISRS (par ex. la fluoxétine, la fluvoxamine) ;
  • le tamoxifène ;
  • le tramadol ;
  • l'acide valproïque.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.


All material © 1996-2014 MediResource Inc. Terms and conditions of use. The contents herein are for informational purposes only. Always seek the advice of your physician or other qualified health provider with any questions you may have regarding a medical condition.

Cet article est intéressant? Recommandez-le!