Uniprix
 
EN
  0
Votre liste d'achat

Total $0 Tx. Excl.

 
Connexion
  Créer un compte Mot de passe oublié ?

Lexique des médicaments

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le budésonide pour inhalation nasale est un corticostéroïde qui s'utilise pour le traitement de la rhinite allergique saisonnière, la rhinite apériodique (de toute l'année) et la rhinite vasomotrice (causée par une hypersensibilité ou un surnombre des vaisseaux sanguins dans le nez) qui ne répondent pas aux traitements traditionnels. Il soulage les symptômes de la rhinite (par ex. la congestion nasale et l'écoulement nasal) en réduisant l'inflammation dans les voies nasales.

Le budésonide s'utilise également pour traiter les polypes nasaux et pour en prévenir la récurrence après ablation chirurgicale. Après l'amorce d'un traitement par le budésonide pour inhalation nasale par Turbuhaler, les effets du médicament peuvent s'observer 2 à 3 jours plus tard, mais quelques personnes doivent attendre jusqu'à 2 semaines avant de constater un changement.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour le traitement de la rhinite, la dose initiale usuelle pour les adultes et les enfants de plus de 6 ans est 2 inhalations dans chaque narine le matin. Une fois que les symptômes sont maîtrisés, la dose efficace la plus faible pour maîtriser les symptômes devrait être utilisée. Le traitement de la rhinite saisonnière devrait si possible débuter avant l'exposition aux allergènes.

La dose usuelle pour le traitement et la prévention des polypes nasaux est 1 inhalation dans chaque narine, 2 fois par jour, matin et soir.

Mode d'emploi de l'inhalateur :

  1. tenez l'inhalateur à la verticale, la molette vers le bas.
  2. pour charger une dose, tournez la molette grise le plus loin possible dans une direction avant de la ramener à la position initiale. Le « déclic » signifie que l'inhalateur est prêt à être utilisé.
  3. expirez, mais n'expirez jamais dans l'inhalateur nasal.
  4. placez l'adaptateur nasal pour qu'il s'ajuste bien dans la narine et bouchez l'autre narine en appuyant avec un doigt.
  5. inspirez vivement et énergiquement par le nez.
  6. retirez l'inhalateur de la narine avant d'expirer.
  7. répétez les étapes ci-dessus pour chaque dose et chaque narine.

Si vous laissez tomber l'inhalateur après son chargement, si vous l'agitez ou soufflez dedans, la dose est perdue. Il faut alors charger une deuxième dose et l'inhaler. Il est possible que vous ne perceviez ni le goût ni la texture du médicament au cours de l'inhalation, mais vous absorberez le médicament si vous suivez les instructions fournies par votre professionnel de la santé ou la notice d'accompagnement du produit.

Si vous n'êtes pas sûr du mode d'emploi de l'inhalateur, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou un autre professionnel de la santé.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin.

Si vous employez ce médicament contre une rhinite et que vous omettez une dose, mais qu'il ne s'est pas encore écoulé 12 heures après cette omission, prenez votre inhalation au plus tôt et reprenez le schéma posologique usuel. Si plus de 12 heures se sont écoulées quand vous notez votre omission, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose.

Si vous employez ce médicament contre des polypes nasaux et que vous omettez une dose, mais qu'il ne s'est pas encore écoulé 6 heures après cette omission, prenez votre inhalation au plus tôt et reprenez le schéma posologique usuel. Si plus de 6 heures se sont écoulées quand vous notez votre omission, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose.

Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de l'humidité et hors de la portée des enfants. Replacez toujours le capuchon de protection après chaque emploi.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque inhalateur de poudre sèche contient 200 doses de budésonide micronisé à 100 µg par dose. Chaque inhalation nasale à partir de l'inhalateur Turbuhaler fournit 100 µg de substance active en l'occurrence le budésonide. Ne contient ni additifs ni substances porteuses. Ingrédients non médicinaux : aucun.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le budésonide pour inhalation nasale par Turbuhaler ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au budésonide ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • un enfant de moins de 6 ans ;
  • une tuberculose évolutive ou à l'état latent ;
  • une infection d'origine fongique, bactérienne ou virale non traitée.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une toux,
  • des étourdissements,
  • des maux de tête,
  • une démangeaison dans la gorge,
  • des lésions nasales croûteuses,
  • une irritation nasale,
  • de la nausée,
  • un saignement de nez,
  • des maux de gorge,
  • une irritation de la gorge,
  • de la fatigue.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des lésions nasales cutanées.

Cessez d'employer le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • les symptômes d'une réaction allergique grave (comme une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge, de l'urticaire ou une difficulté respiratoire).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Infection : les corticostéroïdes comme le budésonide peuvent masquer les signes d'une infection. D'autres infections pourraient également survenir, notamment une infection fongique de la gorge. Les enfants pourraient aussi être plus susceptibles d'une infection comme la varicelle ou la rougeole pendant qu'ils emploient des corticostéroïdes. Discutez avec votre médecin au plus tôt si vous observez de nouveaux symptômes.

Troubles médicaux : les personnes atteintes d'asthme, de problèmes de la thyroïde ou d'une maladie du foie devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Autres corticostéroïdes : les personnes qui employaient des corticostéroïdes oraux et qui ont maintenant recours au budésonide pour inhalation nasale par Turbuhaler devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte. Le passage de la forme orale à la forme pour inhalation nasale peut causer des symptômes qui se manifesteraient par un état de faiblesse générale, des courbatures, des douleurs et une dépression. Signalez à votre médecin tout emploi antérieur ou actuel d'autres corticostéroïdes. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale pendant que vous emploierez ce médicament.

Arrêt du traitement : le traitement par le budésonide ne doit être pas interrompu soudainement. La dose doit être diminuée graduellement, selon les instructions de votre médecin. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Cicatrisation d'une blessure : le budésonide peut accroître le temps nécessaire à la cicatrisation d'une plaie. Les personnes qui se remettent d'une opération du nez, ou d'un traumatisme, devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants de moins de 6 ans. Le traitement continu de longue durée par le budésonide n'est pas recommandé pour les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le budésonide pour inhalation nasale par Turbuhaler et l'un des médicaments ci-après :

  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole) ;
  • le ritonavir.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Les pharmaciens sont les seuls responsables de l’exercice de la pharmacie. Les services en pharmacie présentés sur cette page vous sont offerts par les pharmaciens propriétaires affiliés à Uniprix.