Uniprix
 
EN
  0
Votre liste d'achat

Total $0 Tx. Excl.

 
Connexion
  Créer un compte Mot de passe oublié ?

Lexique des médicaments

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Les œstrogènes conjugués appartiennent à la classe des médicaments constituant une méthode thérapeutique appelée œstrogénothérapie substitutive. L'œstrogène est une hormone féminine produite par les ovaires. Lorsque la ménopause survient, la sécrétion hormonale diminue et les symptômes de la ménopause sont susceptibles de s'installer.

Les œstrogènes conjugués sont des hormones qui remplacent l'œstrogène et s'utilisent pour prendre en charge les symptômes de la ménopause comme les saignements utérins anormaux, les bouffées de chaleur, la transpiration et les frissons. Ces œstrogènes conjugués s'utilisent dans le cadre d'une hormonothérapie substitutive au même titre qu'un régime alimentaire, des exercices physiques et la prise de calcium, car ce médicament peut aussi aider à traiter et prévenir l'ostéoporose causée par une carence en œstrogène. Les femmes qui n'éprouvent pas les symptômes de la ménopause ne devraient utiliser ce médicament que si elles courent un risque aggravé d'ostéoporose et ne peuvent pas employer d'autres médicaments normalement donnés pour prévenir l'ostéoporose. Ce médicament peut aussi s'utiliser pour soigner une affection comme une atrophie vaginale ou une vaginite atrophique (caractérisées par une diminution du volume des tissus vaginaux), mais si ces femmes n'ont aucun autre symptôme de ménopause, l'application d'un produit à base d'œstrogènes (comme une crème) sur la peau pourrait constituer un choix plus judicieux. Ce médicament peut parfois remplacer les hormones œstrogènes quand le corps ne peut plus en produire. Il sert aussi de traitement pour les hommes atteints d'un cancer de la prostate évolutif quand d'autres traitements ont échoué.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée d'œstrogènes conjugués pour adultes varie entre 0,3 mg et 1,25 mg par jour, en fonction du trouble traité. Il est préférable que ce médicament soit pris à la plus faible dose efficace et que la durée du traitement soit aussi courte que possible. Il importe que votre médecin effectue régulièrement des examens afin de déterminer si la prise de ce médicament s'impose encore. Les comprimés peuvent être pris tous les jours ou selon un cycle, par exemple 25 jours de traitement par mois et 5 jours d'arrêt.

Les femmes dont l'utérus n'a pas été enlevé devraient aussi prendre un progestatif (un autre type d'hormone féminine qui protège l'utérus des effets potentiellement nocifs produits par l'œstrogène) pendant 10 à 14 jours chaque mois ou tous les jours (selon la concentration du médicament et selon qu'on veut avoir des menstruations ou non). Consultez votre médecin ou votre pharmacien sur les avantages et les désavantages des différents schémas posologiques de l'œstrogène et du progestatif.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

0,3 mg
Chaque comprimé vert, ovale, dragéifié, portant l'inscription « Premarin », contient 0,3 mg d'œstrogènes conjugués. Ingrédients non médicinaux : phosphate de calcium tribasique, sulfate de calcium anhydre, cire de carnauba, D et C jaune nº 10, encre comestible, AD et C bleu nº 1, AD et C jaune nº 6, monooléate de glycérol, lactose, stéarate de magnésium, méthylcellulose, méthylparabène, cellulose microcristalline, polyéthylèneglycol, polysorbate 60, polyvinylpyrrolidone, propylparabène, agent de glaçage pharmaceutique, benzoate de sodium, sucrose, sirop de sucrose et dioxyde de titane.

0,625 mg
Chaque comprimé bordeaux, ovale, dragéifié, portant l'inscription « Premarin », contient 0,625 mg d'œstrogènes conjugués. Ingrédients non médicinaux : phosphate de calcium tribasique, sulfate de calcium anhydre, cire de carnauba, encre comestible, AD et C bleu nº 2, AD et C rouge nº 3, AD et C jaune nº 6, monooléate de glycérol, gomme acacia, lactose, stéarate de magnésium, méthylcellulose, cellulose microcristalline, polyéthylèneglycol, polysorbate 60, propylparabène, agent de glaçage pharmaceutique, benzoate de sodium, sucrose, sirop de sucrose et dioxyde de titane.

1,25 mg
Chaque comprimé jaune, ovale, dragéifié, portant l'inscription « Premarin », contient 1,25 mg d'œstrogènes conjugués. Ingrédients non médicinaux : phosphate de calcium tribasique, sulfate de calcium anhydre, cire de carnauba, D et C jaune nº 10, encre comestible, AD et C jaune nº 6, monooléate de glycérol, lactose, stéarate de magnésium, méthylcellulose, cellulose microcristalline, polyéthylèneglycol, polysorbate 60, propylparabène, agent de glaçage pharmaceutique, benzoate de sodium, sucrose et dioxyde de titane.

Ce médicament ne contient pas d'alcool de gluten, de sulfites ou de tartrazine.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Les œstrogènes conjugués ne devraient pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie aux œstrogènes conjugués ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une grossesse en cours ou soupçonnée ;
  • des antécédents avérés ou soupçonnés de tumeurs dont la croissance est attribuable à l'œstrogène comme un cancer mammaire ou utérin ;
  • une maladie du foie ou des troubles hépatiques évolutifs ;
  • une thrombophlébite, une thrombose, ou des troubles thromboemboliques (troubles de la coagulation sanguine) évolutifs ;
  • une hyperplasie de l'endomètre (un épaississement de la muqueuse qui tapisse la paroi de l'utérus) ;
  • une perte partielle ou totale de la vision causée par une maladie des yeux d'origine vasculaire ;
  • un saignement vaginal anormal pour lequel un diagnostic n'a pas été posé.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une sensation de ballonnement ;
  • des changements de la libido ;
  • des crampes dans la partie inférieure de l'abdomen ;
  • une peau plus foncée ;
  • une diarrhée (légère) ;
  • des étourdissements (légers) ;
  • des maux de tête (légers) ;
  • une perte de l'appétit ;
  • une migraine ;
  • de la nausée ;
  • le port des verres de contact cause des problèmes ;
  • des vomissements (habituellement après l'ingestion de fortes doses) ;

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des changements dans les seins (des grosseurs, une enflure, un écoulement) ;
  • des modifications des saignements vaginaux (un saignotement, des hémorragies utérines, un saignement prolongé ou plus volumineux, ou l'arrêt total d'un saignement) ;
  • un affaiblissement de la mémoire ou de la capacité mentale ;
  • une première migraine ;
  • une humeur triste persistante ;
  • un rapide gain de poids ;
  • des signes de troubles hépatiques (le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux) ;
  • une enflure des pieds ou de la jambe inférieure.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une soudaine perte de la vision, partielle ou totale ;
  • des symptômes déclenchés par un caillot de sang dans une jambe (une douleur aiguë dans le pied ou une enflure des jambes, ou d'autres manifestations comme de la douleur, une rougeur ou une douleur à la pression que vous ne pouvez pas expliquer) ;
  • des symptômes déclenchés par un caillot de sang dans un poumon (une douleur thoracique aiguë, une toux avec expectoration sanglante, ou un essoufflement soudain) ;
  • des symptômes d'une crise cardiaque, comme une douleur ou une gêne subite dans le thorax, le cou, la mâchoire, l'épaule, le bras ou le dos ; un essoufflement ; de la nausée ou des vomissements ; une peau froide et moite ; et de l'anxiété ou du déni ;
  • des symptômes d'un accident vasculaire cérébral, comme une subite faiblesse (même si la faiblesse n'est que passagère) ou une lourdeur ressentie au visage, dans un bras ou une jambe ; une subite difficulté à parler ; une subite confusion ; des anomalies subites du champ visuel ; d'intenses maux de tête inaccoutumés survenant brusquement ou un étourdissement soudain ou des troubles de l'équilibre.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Veuillez tenir compte des renseignements importants ci-après sur l'œstrogénothérapie substitutive :

  • la prise d'œstrogènes, avec ou sans progestatifs, devrait s'effectuer à la plus faible dose efficace pour le soulagement des symptômes de la ménopause durant la plus courte période possible selon les indications de votre médecin traitant ;
  • les œstrogènes, avec ou sans progestatifs, ne devraient pas s'utiliser pour prévenir une maladie cardiaque, une crise cardiaque ni des accidents vasculaires cérébraux.

Pression artérielle : un petit nombre de personnes qui ont pris ce médicament ont signalé une élévation de la pression artérielle. Des examens médicaux effectués à intervalle régulier sont recommandés.

Cancer du sein : quelques études ont trouvé une corrélation entre une modeste augmentation du risque de cancer du sein et l'emploi d'une hormonothérapie substitutive après la ménopause. Les femmes qui ont des antécédents de cancer du sein ne devraient pas avoir recours aux œstrogènes. En cas d'antécédents familiaux de cancer du sein, de nodules mammaires, d'une affection fibrokystique du sein, ou de clichés mammaires mettant en évidence une anomalie, vous devriez faire l'objet d'une surveillance médicale stricte si vous utilisez des œstrogènes. Les femmes qui prennent des œstrogènes devraient faire l'objet d'examens réguliers et apprendre à s'autoexaminer les seins. En se basant sur votre âge, vos facteurs de risque et les résultats des clichés mammaires précédents, votre médecin pourrait aussi vous conseiller de faire effectuer régulièrement des clichés mammaires. Discutez des bienfaits et des risques de l'emploi de ce médicament avec votre médecin afin de pouvoir faire un choix éclairé.

Cholestérol : les œstrogènes pris par voie orale peuvent provoquer une hausse du taux de triglycérides sanguins. Il se peut que votre médecin fasse mesurer votre taux de cholestérol pendant votre traitement par des œstrogènes.

Diabète : les personnes atteintes de diabète et les personnes prédisposées au diabète devraient surveiller de près leur glucose sanguin afin de détecter toute fluctuation attribuable aux œstrogènes.

Cancer de l'endomètre : plusieurs études suggèrent qu'une œstrogénothérapie substitutive accroît le risque de cancer de l'endomètre (la muqueuse de l'utérus). La prise simultanée d'un progestatif et d'un œstrogène diminue le risque de cancer qui devient le même que celui d'une femme qui n'emploie pas d'œstrogènes. C'est la raison pour laquelle l'emploi d'un progestatif est indiqué avec la prise d'œstrogènes pour toutes les femmes dont l'utérus n'a pas été enlevé.

Fibromes : ce médicament peut aggraver les fibromes en provoquant une soudaine augmentation de volume, une douleur ou de la douleur à la pression. Si vous observez ces effets, communiquez avec votre médecin.

Rétention d'eau : les œstrogènes peuvent causer une rétention d'eau. Par conséquent, les femmes atteintes d'épilepsie, d'asthme, ou d'un dysfonctionnement rénal ou cardiaque, devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte pendant qu'elles prennent ce médicament.

Vésicule biliaire : un risque accru d'une affection de la vésicule biliaire a été observé par les femmes postménopausiques qui prennent des œstrogènes par voie orale.

Maladie cardiaque et accident vasculaire cérébral : certaines études ont mis en évidence un risque accru de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral imputable à la prise d'œstrogène (avec ou sans progestatifs) parmi les femmes postménopausiques. Si vous ressentez des symptômes de crise cardiaque (une douleur thoracique, une sensation de constriction ou d'oppression thoracique, de la sudation, de la nausée, un sentiment apocalyptique) ou un accident vasculaire cérébral (un étourdissement soudain, des maux de tête, la perte de la parole, des modifications de la vision, de la faiblesse ou un engourdissement dans les bras et les jambes) pendant que vous employez ce médicament, demandez immédiatement des soins médicaux.

Maladie du rein : les personnes atteintes d'une maladie du rein devraient faire l'objet d'une surveillance médicale pendant qu'elles ont recours à l'œstrogène.

Épreuves de laboratoire : l'œstrogène peut fausser l'interprétation des résultats de certaines épreuves de laboratoire.

Maladie du foie : si vous avez ou avez eu des troubles hépatiques, vous devriez faire l'objet d'une surveillance médicale particulière pendant que vous employez ce médicament. Ne manquez pas d'avertir votre médecin si vous avez eu des troubles hépatiques à un moment donné.

Autres troubles médicaux : les personnes atteintes d'hypocalcémie (un faible taux de calcium dans le sang), de lupus, de migraines, de phlébite, de porphyrie ou de maladie de la thyroïde devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Cancer ovarien : des études ont montré que l'emploi d'une hormonothérapie substitutive (que l'œstrogène soit utilisé seul ou avec un progestatif) posait un risque accru de cancer ovarien surtout quand il durait 5 ans ou plus.

Examen physique régulier : pendant que vous suivez un traitement par ce médicament, ne manquez pas de faire effectuer des examens physiques à intervalles réguliers, tout particulièrement des examens du sein et des clichés mammaires, comme recommandé par votre médecin.

Grossesse : les œstrogènes ne devraient pas s'utiliser durant une grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel et n'est pas recommandé aux femmes qui allaitent.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre les et l'un des agents ci-après :

  • l'anastrozole ;
  • l'acide ascorbique (la vitamine C) ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital) ;
  • les hypotenseurs (par ex. le propranolol, l'énalapril, le diltiazem) ;
  • la carbamazépine,
  • les corticostéroïdes (par ex. l'hydrocortisone, la prednisolone, la prednisone) ;
  • la cyclosporine ;
  • les antidiabétiques (par ex. l'insuline, le glyburide) ;
  • le méprobamate ;
  • la névirapine ;
  • le peginterféron alfa-2b ;
  • la phénylbutazone ;
  • la phénytoïne ;
  • la primidone ;
  • les inhibiteurs de la protéase (par ex. le ritonavir, le tipranavir) ;
  • la rifampine ;
  • le ropinirole ;
  • la somatropine ;
  • le millepertuis ;
  • les médicaments thyroïdiens (par ex. la lévothyroxine, la liothyronine) ;
  • le topiramate ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Les pharmaciens sont les seuls responsables de l’exercice de la pharmacie. Les services en pharmacie présentés sur cette page vous sont offerts par les pharmaciens propriétaires affiliés à Uniprix.