0
Votre liste d'achat

Total $0 Tx. Excl.

English
 

Lexique des médicaments

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La carbamazépine s'utilise pour prendre en charge certains types de crises convulsives, en monotraitement ou en association avec d'autres médicaments. Elle s'utilise aussi pour soigner la douleur liée à la neuralgie du trijumeau, la manie aiguë et dans la prévention des troubles bipolaires (maniaco-depressifs) désordres.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de carbamazépine varie beaucoup selon le trouble à traiter, l'âge de la personne et les conditions de traitement.

Trouble épileptique : la dose initiale pour les adultes et les enfants de plus de 12 ans est de 100 mg à 200 mg une ou deux fois par jour. Selon la réponse de la personne traitée, le médecin peut accroître la dose progressivement jusqu'à ce qu'elle atteigne quotidiennement 1 600 mg pris en doses fractionnées. La plupart des personnes obtiennent la réponse optimale à des doses quotidiennes comprises entre 800 mg et 1 200 mg.

La dose initiale pour les enfants âgés de 6 à 12 ans est de 100 mg par jour en doses divisées et cette dose est augmentée par incréments de 100 mg par jour jusqu'à l'obtention de la réponse optimale. La dose quotidienne maximale pour les enfants est de 1 000 mg en doses divisées.

Si la carbamazépine est ajoutée en complément à d'autres médicaments contre les crises convulsives, la dose initiale peut être plus faible.

Douleurs de la névralgie du trijumeau : la dose initiale de carbamazépine pour le traitement de la douleur de la névralgie du trijumeau est 100 mg pris deux fois par jour. La dose peut être accrue jusqu'à un maximum de 1 200 mg par jour, en fonction de l'efficacité du médicament.

Manie et trouble bipolaire : la dose usuelle de départ pour le traitement de la manie et du trouble bipolaire est 200 mg à 400 mg par jour, pris en doses fractionnées. La dose quotidienne est ensuite accrue selon les directives du médecin jusqu'à un maximum de 1 600 mg par jour. Si d'autres médicaments sont pris, comme le lithium, la dose initiale sera plus faible.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

La carbamazépine devrait être prise avec les repas dans la mesure du possible.

Les comprimés à libération contrôlée doivent être avalés entiers avec un peu de liquide, pendant ou après un repas. Ils ne doivent pas être écrasés ou croqués.

Pour la carbamazépine sous forme de suspension, agitez bien la bouteille avant de mesurer la dose du médicament. Utilisez une seringue orale pour mesurer chaque dose, car vous obtiendrez une mesure plus juste qu'avec des cuillerées à thé de ménage.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez toutes les présentations de ce médicament à la température ambiante, à l'abri de l'humidité et hors de la portée des enfants. Conservez les comprimés à croquer et la solution à l'abri de la lumière.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Comprimé à libération contrôlée (CR)

200 mg
Chaque comprimé jaune-marron, oblong, biconvexe, pelliculé, sécable, portant les inscriptions « G » et « G » gravées de part d'autre de la barre de cassure d'une face, et « CB » et « R2 » de part et d'autre de la barre de cassure de l'autre face, contient 200 mg de carbamazépine. Ingrédients non médicinaux : silice colloïdale anhydre, croscarmellose sodique, éthanol (déshydraté), éthylcellulose, hydroxypropylméthylcellulose, oxyde de fer noir, oxyde de fer rouge, oxyde de fer jaune, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline, polyéthylèneglycol, dispersion de polyacrylate à 40 %, talc purifié et dioxyde de titane.

400 mg
Chaque comprimé jaune-marron, oblong, biconvexe, pelliculé, sécable, portant les inscriptions « G » et « G » gravées de part d'autre de la barre de cassure d'une face, et « CB » et « R4 » de part et d'autre de la barre de cassure de l'autre face, contient 400 mg de carbamazépine. Ingrédients non médicinaux : silice colloïdale anhydre, croscarmellose sodique, éthanol (déshydraté), éthylcellulose, hydroxypropylméthylcellulose, oxyde de fer noir, oxyde de fer rouge, oxyde de fer jaune, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline, polyéthylèneglycol, dispersion de polyacrylate à 40 %, talc purifié et dioxyde de titane.


Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer la carbamazépine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la carbamazépine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie aux composés tricycliques comme l'amitriptyline, la trimipramine ou l'imipramine;
  • des antécédents de porphyrie intermittente aiguë;
  • des antécédents de dépression de la moelle osseuse;
  • de graves troubles sanguins;
  • la présence d'une maladie cardiaque importante (bloc cardiaque);
  • un trouble du foie;
  • la prise d'un inhibiteur de la MAO (par ex. la phénelzine ou la tranylcypromine) au cours des 14 jours précédents ou dans les 14 jours qui suivent. (Si vous avez pris un inhibiteur de la MAO récemment, mais il y plus de 14 jours, votre dosage initial de carbamazépine devra être faible, puis augmenté de manière graduelle);
  • la prise des médicaments antifongiques itraconazole ou voriconazole.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la maladresse ou de l'instabilité;
  • de la constipation;
  • des étourdissements;
  • de la somnolence;
  • une sécheresse de la bouche ou de la gorge;
  • des changements aux cheveux ou aux ongles;
  • des maux de tête;
  • une sensibilité accrue de la peau aux rayonnements solaires (une éruption cutanée, une démangeaison, une rougeur, ou un coup de soleil grave);
  • une augmentation du poids corporel;
  • une perte d'appétit;
  • des trous de mémoire;
  • de la nausée;
  • une rougeur de l'œil;
  • un tintement dans les oreilles;des troubles de la sexualité masculine;
  • une altération du goût;
  • des vomissements;
  • une prise de poids.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des modifications du comportement (par ex. de la confusion, de l'agitation, ou de l'hostilité);
  • des changements de la pression artérielle;
  • une vision floue;
  • une augmentation du volume des seins;
  • des mouvements oculaires de va-et-vient;
  • une coordination amoindrie;
  • des troubles de l'élocution ou de l'articulation;
  • une vision double;
  • un évanouissement;
  • une émission de l'urine fréquente;
  • du glaucome (augmentation de la pression intraoculaire, douleur oculaire);
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre, de voir ou de sentir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • un nombre accru de crises convulsives;
  • des battements de cœur irréguliers, très forts;
  • des crampes musculaires ou d'estomac;
  • un engourdissement, des picotements, de la douleur, ou de la faiblesse dans les mains et les pieds;
  • des maux de tête intenses;
  • des nausées et des vomissements graves;
  • des signes d'une réaction allergique cutanée (par ex. une éruption cutanée, de l'urticaire ou une démangeaison);
  • des signes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, un essoufflement);
  • des signes attribuables à un saignement (par ex. des selles noires d'apparence goudronneuse, du sang dans l'urine ou les selles, des points rouges de la taille d'une tête d'épingle sur la peau, des ecchymoses inusitées, un saignement qui n'arrête pas facilement);
  • des signes d'un caillot sanguin dans le bras ou la jambe (une douleur à la pression, de la douleur, une enflure, de la chaleur ou une rougeur dans le bras ou la jambe), ou dans les poumons (une difficulté respiratoire, une douleur thoracique vive qui est accentuée par l'inspiration, de la toux, du sang dans les crachats, une sudation excessive ou un évanouissement);
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, de l'indifférence à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des signes attribuables à une infection (par ex. de la toux ou une raucité de la voix, un mal de gorge, des frissons, de la fièvre, l'apparition de ganglions enflés ou douloureux, une fatigue ou une faiblesse inusitée);
  • des signes attribuables à une inflammation du côlon (par ex. une douleur abdominale, de la diarrhée, de la fièvre);
  • des signes d'atteinte hépatique (par ex. des urines foncées, des selles claires, le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau);
  • des signes attribuables à une réduction du taux de sodium sanguin (par ex. des mouvements musculaires brefs et saccadés, de la confusion, une augmentation de la fréquence des convulsions, une somnolence inhabituelle);
  • des signes d'une méningite qui n'est pas d'origine infectieuse (par ex. des maux de tête caractérisés par une douleur intense ou battante, et s'accompagnant d'une raideur du cou raide ou du dos);
  • des signes attribuables à une pancréatite (inflammation du pancréas; par ex. une douleur intense à la partie supérieure de la l'abdomen, une perte d'appétit, des vomissements);
  • des signes attribuables à une porphyrie (par ex. l'apparition d'urine foncée, une douleur abdominale intense, de la sudation excessive);
  • des signes attribuables à des problèmes urinaires (par ex. une réduction soudaine du volume d'urine produit, la présence de sang dans l'urine, de la douleur lors des mictions urinaires);
  • une enflure du visage, des mains, des pieds ou de la partie inférieure des jambes.

Consultez votre médecin immédiatement si l'un des effets secondaires ci-après se produit :

  • l'apparition rapide de signes attribuables à de l'anémie ou à un saignement, parfois accompagnés de fièvre;
  • l'apparition rapide de signes attribuables à une lésion hépatique (du foie);
  • l'apparition de signes attribuables à une réaction allergique (par ex. des sifflements respiratoires, une oppression thoracique, des difficultés respiratoires, de l'essoufflement ou de la toux);
  • des signes attribuables au syndrome malin des neuroleptiques (par ex. une forte fièvre, de la raideur musculaire, de la sudation excessive, une accélération ou une irrégularité des battements cardiaques);
  • des signes attribuables à une réaction cutanée importante (par ex. la formation d'ampoules ou le décollement de la peau, l'apparition d'une éruption cutanée sur une grande surface du corps ou d'une éruption qui se propage rapidement ou qui est accompagnée de fièvre ou d'inconfort);
  • l'apparition de plaies, d'ulcères ou de plaques blanches sur les lèvres ou à l'intérieur de la bouche.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Anémie : l'utilisation de carbamazépine peut provoquer la réduction du nombre de globules rouges. Si vous ressentez des symptômes attribuables à une réduction de la numération des globules rouges (anémie) comme de l'essoufflement, de la fatigue inusitée ou de la pâleur, communiquez avec votre médecin dès que possible.

Votre médecin vous fera subir des analyses sanguines régulièrement pour connaître le nombre de certains types précis de cellules sanguines, notamment de globules rouges présents dans votre sang. 

Contraception : la carbamazépine, comme d'autres anticonvulsivants, peut réduire l'efficacité des pilules anticonceptionnelles. Les femmes qui prennent la carbamazépine doivent utiliser une autre méthode contraceptive non-hormonale comme les préservatifs. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Saignement : la carbamazépine peut provoquer une baisse du nombre de plaquettes dans le sang, ce qui rend les saignements plus difficiles à faire cesser. Si vous remarquez des signes de saignement, comme des saignements de nez fréquents, des ecchymoses inexpliquées, ou des selles noirâtres et goudronneuses, signalez-le à votre médecin au plus tôt. Votre médecin demandera des analyses de sang régulières pour s'assurer que tout problème potentiel soit détecté de manière précoce.

Force osseuse : l'utilisation prolongée des antiépileptiques a été associée à une augmentation du risque de faiblesse ou de friabilité des os. Si vous êtes atteint d'ostéoporose, si vous êtes prédisposé à cette maladie ou si vous avez des antécédents de maladies qui nuisent à la santé de vos os, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Cancer : certaines études indiquent qu'il existe un lien possible entre l'utilisation à long terme de la carbamazépine et le cancer. Discutez avec votre médecin des avantages potentiels et des risques possibles de la prise de ce médicament.

Dépression : il est démontré que la carbamazépine peut provoquer des changements d'humeur et des symptômes dépressifs. Si vous souffrez de dépression ou avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Si vous présentez des symptômes de dépression (comme un manque de concentration, un changement de poids, un changement touchant le sommeil ou une perte d'intérêt envers vos activités) ou si vous constatez qu'un membre de la famille traité par ce médicament présente ces symptômes, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Somnolence ou vigilance réduite : la carbamazépine peut causer des étourdissements et de la somnolence. Les personnes qui emploient la carbamazépine doivent éviter les activités exigeant de la vigilance, comme conduire un véhicule, faire fonctionner des machines, ou accomplir des tâches dangereuses, jusqu'au moment où elles auront déterminé que le médicament ne nuit pas à leur vivacité d'esprit, à leur discernement ni à leur coordination physique.

Maladie cardiaque : en cas de maladie coronarienne, de maladie cardiaque organique, ou d'insuffisance cardiaque congestive, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Syndrome d'hypersensibilité : quelques personnes ont observé une grave réaction allergique appelée syndrome d'hypersensibilité lorsqu'elles ont suivi un traitement par la carbamazépine. Cette réaction touche plusieurs organes de l'organisme et peut s'avérer mortelle si on ne la traite pas rapidement. Suspendez la prise du médicament et demandez immédiatement des soins médicaux en cas de symptômes d'une grave réaction allergique, notamment une fièvre, une augmentation de volume des ganglions, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, des symptômes semblables à ceux de la grippe accompagnés d'une éruption cutanée ou de cloques.

Glaucome : l'utilisation de la carbamazépine peut accentuer les symptômes du glaucome (augmentation de la pression intraoculaire). Si vous êtes atteint de glaucome, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Pendant que vous prenez ce médicament, signalez tout changement de votre vision à votre médecin dès que possible.

Des examens oculaires réguliers sont recommandés pour les personnes qui prennent ce médicament.

Infection : l'utilisation de la carbamazépine peut réduire le nombre de cellules qui combattent l'infection dans le corps (globules blancs). Si vous remarquez des signes attribuables à une infection comme de la fièvre ou des frissons, une diarrhée importante, de l'essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, une rigidité de la nuque, une perte de poids ou de l'apathie, communiquez avec votre médecin. Indiquez-lui que vous subissez des infections plus fréquemment qu'à la normale. Votre médecin demandera des analyses de sang régulièrement pour surveiller le nombre des différents types de cellules sanguines. 

Fonction rénale : si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : l'utilisation de la carbamazépine peut provoquer une réduction de la fonction hépatique et peut même causer une insuffisance hépatique. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Lupus : dans certains cas rares, l'utilisation de la carbamazépine peut provoquer l'apparition du lupus. Si vous subissez des symptômes comme de la fièvre, une éruption cutanée au visage ou des douleurs articulaires, ou si vous êtes déjà atteint du lupus et que vos symptômes s'accentuent pendant que vous prenez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : la carbamazépine, comme d'autres médicaments servant à traiter certaines maladies psychiatriques, peuvent causer un syndrome possiblement mortel appelé syndrome malin des neuroleptiques (SMN). Si vous remarquez certains des symptômes du SMN comme une fièvre élevée, de la raideur musculaire, de la confusion ou une perte de connaissance, des sueurs, des battements cardiaques irréguliers ou très rapides, ou un évanouissement, sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Problèmes psychiques : la carbamazépine peut activer certain troubles mentaux ou causer de la confusion et de l'agitation chez les aînés. Lors de l'emploi pour soigner un trouble bipolaire, certaines personnes ont ressenti une aggravation de leurs symptômes dépressifs, ne se sentant pas « elles-mêmes », ou voulant se faire mal à elles-mêmes ou aux autres. Les personnes qui emploient ce médicament devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte ciblant le changement émotionnel et comportemental.

Réaction cutanée : bien que ce soit rare, la carbamazépine a été associée à de graves réactions cutanées. Mettez-vous en rapport avec un médecin immédiatement si vous observez les symptômes d'une grave réaction cutanée (comme une éruption cutanée, une rougeur de la peau, une desquamation, des cloques sur les lèvres, les yeux ou la bouche) qui s'accompagne d'une fièvre, de frissons, de maux de tête, d'une toux, ou de courbatures.

Arrêt du médicament : l'arrêt soudain de la carbamazépine peut causer des crises convulsives. Avant de cesser de prendre ce médicament, discutez avec votre médecin de la manière dont vous devriez progressivement réduire la dose.

Baisse des taux d'hormones thyroïdiennes : la carbamazépine peut provoquer l'élimination des hormones thyroïdiennes du corps plus rapidement qu'à la normale. Cet effet est plus remarquable si vous prenez déjà une hormonothérapie thyroïdienne substitutive. Si vous souffrez d'une insuffisance thyroïdienne, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Il se peut qu'au début de votre traitement avec la carbamazépine, votre médecin vous demande de subir des analyses sanguines pour déterminer votre fonction thyroïdienne.

Grossesse : les femmes atteintes d'épilepsie, qui sont enceintes ou qui prévoient de l'être, nécessitent une attention particulière. Les bienfaits potentiels de la carbamazépine doivent être comparés aux risques éventuels, en particulier durant les 3 premiers mois de la grossesse. Ne cessez pas de prendre le médicament s'il est utilisé pour prévenir des convulsions graves. Les femmes enceintes atteintes d'épilepsie ne doivent en général pas prendre plus d'un médicament pour prévenir les crises convulsives.

La prise d'un supplément d'acide folique est habituellement recommandée pour les femmes qui prennent la carbamazépine, car ce médicament peut contribuer à une carence en acide folique dans le corps. Discutez avec votre médecin des bienfaits et des risques de l'emploi de la carbamazépine durant une grossesse.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous prenez la carbamazépine pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Si une mère allaite son enfant, l'enfant doit être suivi afin de détecter l'apparition d'éventuels effets secondaires (par ex. de la somnolence ou une éruption cutanée). Les bienfaits de l'allaitement doivent être pesés par rapport aux risques pour le nourrisson. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'innocuité et l'efficacité de l'utilisation de la carbamazépine pour traiter la névralgie du trijumeau ou certains désordres psychiatriques n'ont pas été établis. L'utilisation de ce médicament pour le traitement de ces affections chez des personnes appartenant à ce groupe d'âge n'est pas recommandé.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la carbamazepine et l'un des agents ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'acétaminophène;
  • l'acétazolamide;
  • l'adénosine;
  • l'albendazole;
  • l'alcool;
  • l'aliskirène;
  • l'allopurinol;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosin, la doxazosine, la silodosine; la tamsulosine);
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les anticancéreux (par ex. le cabazitaxel, le docétaxel; la doxorubicine; l'etoposide, l'ifosfamide, l'irinotécan, la vincristine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les médicaments antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzépine, la quétiapine, la rispéridone);
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • l'apixaban;
  • l'aprépitant;
  • l'azélastine;
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines, (par ex. l'alprazolam, le clonazépam, le midazolam);
  • la bendamustine;
  • le bicalutamide;
  • les pilules anticonceptionnelles (les contraceptifs oraux);
  • le bisoprolol;
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • la buprénorphine;
  • le bupropion;
  • la buspirone;
  • le calcitriol;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la félodipine, le vérapamil);
  • le carvédilol;
  • la caspofungine;
  • le célécoxib;
  • la cimétidine;
  • la ciprofloxacine;
  • l'hydrate de chloral;
  • la chloroquine;
  • le clopidogrel;
  • la colchicine;
  • le conivaptan;
  • les corticostéroïdes (par ex. la dexaméthasone, la méthylprednisolone);
  • la cyclosporine;
  • la cyprotérone;
  • le dabigatran;
  • le danazol;
  • le dantrolène;
  • la dapsone;
  • le déférasirox;
  • la desmopressine;
  • le dexmethylphenidate;
  • le diclofénac;
  • le disopyramide;
  • la digoxine;
  • la dronabinol;
  • la dronédarone;
  • l'eltrombopag;
  • les œstrogènes (par ex. l'œstrogène conjugué, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • l'évérolimus;
  • la flunarizine;
  • la flutamide;
  • le gliclazide;
  • les antidiabétiques « gliptine » (par ex. la linagliptine, la saxagliptine, la sitagliptine);
  • le glyburide;
  • le jus de pamplemousse;
  • la guanfacine;
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (par ex. la delavirdine, l'éfavirenz);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. le darunavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • l'isoniazide;
  • le kétorolac;
  • la lidocaïne;
  • le lithium;
  • le lopéramide;
  • le losartan;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. l'azithromycine, la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les inhibiteurs de la MAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • le maraviroc;
  • le mébendazole;
  • les inhibiteurs de la MAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • le maraviroc;
  • le mébendazole;
  • la méfloquine;
  • la mélatonine;
  • la mestranol;
  • la méthotriméprazine;
  • le mésuximide;
  • le méthylphénidate;
  • le métronidazole;
  • la métyrosine;
  • la mexilétine;
  • la mirtazapine;
  • le modafinil;
  • le montélukast;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • le nabilone;
  • la nadolol;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • les dérivés nitrés (par ex. le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • les relaxants musculaires non dépolarisant (par ex.l'atracurium, le pancuronium);
  • la norfloxacine;
  • l'ondansétron;
  • l'orlistat;
  • la palipéridone;
  • la pentamidine;
  • le pérampanel;
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • le pimozide;
  • la pioglitazone;
  • le pramipexole;
  • le praziquantel;
  • la primaquine;
  • les progestatifs (par ex. le diénogest, le lévonorgestrel, la médroxyprogestérone, la noréthindrone);
  • la prométhazine;
  • le propranolol;
  • les inhibiteurs de la pompe à protons ou IPP (par ex. l'ésoméprazole, l'oméprazole, le pantoprazole);
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • la ranitidine;
  • la rasagiline;
  • le répaglinide;
  • l'acide retinoïque (par ex. l'étrétinate, l'isotrétinoïne);
  • le rivaroxaban;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;le roflumilast;
  • la romidepsine;
  • le ropinirole;
  • la rosiglitazone;
  • le millepertuis;
  • la scopolamine;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. la fluoxétine, la fluvoxamine, la sertraline);
  • la silodosine;
  • le siméprévir;
  • le sirolimus;
  • le sofosbuvir;
  • les médicaments hypocholestérolémiants dont le nom se termine en « statine » (par ex. l'atorvastatine, la lovastatine, la simvastatine);
  • la sulfadiazine;
  • le sulfaméthoxazole;
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • le tapentadol;
  • le télaprévir;
  • le temsirolimus;
  • les tétracyclines (par ex. la doxycycline, la tétracycline);
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • les diurétiques thiazidiques (par ex. l'hydrochlorothiazide, l'indapamide);
  • les remplacements de la thyroïde (par ex. la thyroïde desséchée, la lévothyroxine);
  • le ticagrélor;
  • la ticlopidine;
  • le tocilizumab;
  • la toltérodine;
  • le tolvaptan;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, l'imipramine);
  • le triméthoprime;
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dasatinib, le nilotinib, l'imatinib, le sunitinib);
  • la venlafaxine;
  • la warfarine;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Les pharmaciens sont les seuls responsables de l’exercice de la pharmacie. Les services en pharmacie présentés sur cette page vous sont offerts par les pharmaciens propriétaires affiliés à Uniprix.